Les Arts Appliqués

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les formations des Arts Appliqués et ce qui se cache derrière le mot Design !!!
-->N'hésitez pas à partager, vous aussi, votre expérience d'étudiant en arts-appliqués.

Recherche personnalisée

13 mai 2012

Design & arts appliqués - le site national

Un site très complet existe désormais pour découvrir les arts appliqués, je vous invite à le consulter régulièrement : http://designetartsappliques.fr/

Je laisse néanmoins ce blog en ligne notamment pour la partie témoignage qui peut aider certaines personnes à mieux appréhender leur orientation.

Bonne chance à tous pour les concours.

Pour toutes questions sur ces derniers et les différentes formations, je vous invite à prendre contact directement avec les établissement concernés ou bien avec votre conseiller d'orientation !!!

7 mars 2011

Atelier participatif étudiant à Beaubourg : dessinez l'écologiste de 2050 !

Avec le printemps, l’écologie vous sourit, l'association Rirenvert, humour et écologie (ir)responsables, vous propose d'aérer vos zygomatiques sous le signe de l’écolo du futur et de la jeune création.


En partenariat avec le 18° trophée Presse Citron, Rirenvert organise un atelier participatif ouvert aux étudiants en écoles d'art pour fêter artistiquement la Semaine du développement durable 2011 dans le coeur artistique de la capitale.


Guidés par les dessinateurs Jean-François Batellier et Sarah Fouquet, auteurs de planches anticipatrices et décalées sur « l’en vert » du décor, toutes les nuances d’un humour (ir)responsable seront ouvertes aux 50 jeunes participants qui réaliseront sur place leurs propres oeuvres sur le thème « l'écologiste de 2050 » pendant les trois heures de l'atelier.


Les meilleures réalisations écologiquement (in)correctes seront exposées dans le hall de la bibliothèque. L’occasion aussi pour les participants de découvrir le Concours national étudiant de dessins humoristiques sur l’écologie lancé par Rirenvert et dont la remise des prix se déroulera en juin.


Jeudi 31 mars 18h00-21h00
2° étage de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou


Contact (information/inscription)
Olivier Moulergues
rirenvert@gmail.com
06.81.37.56.00


http://www.rirenvert.org/

27 janvier 2011

Article de l'ONISEP - Aurélie, illustratrice diplômée de l'école Estienne

Je me suis prêtée au jeu que je propose à mes anciens camarades afin qu'ils nous racontent leur parcours et j'ai répondu à quelques questions d'une journaliste de l'ONISEP.
Pour découvrir l'ensemble de l'article, cliquez sur l'image ci-dessous :

15 janvier 2011

Portes ouvertes 2011

Bonjour à tous,

et merci d'être de plus en plus nombreux à visiter
le blog des Arts Appliqués !

les portes ouvertes des 4 écoles d'arts appliqués de Paris
auront lieu les…
vendredi 28
et samedi 29 janvier 2011

Bonne visite à tous !

28 juin 2010

FCIL illustration Corvisart-Tolbiac

À propos de la FCIL
La Formation Complémentaire d’Initiative Locale (FCIL) Illustration de l’école Corvisart-Tolbiac est une formation complète dédiée au métier d’illustrateur. Durant l’année, les élèves approfondiront leurs bases du dessin (nu, perspective, croquis en extérieur), aborderont différents domaines de l’illustration (presse, édition, bande dessinée…), s’initieront à diverses techniques (infographie, linogravure, couleurs…) et développeront un book de travaux personnels.

D’octobre à juin, la formation se déroule sur 30 semaines : 15 semaines de cours (23 heures), 6 semaines de travail en autonomie sur des projets personnels et / ou professionnels (avec suivi hebdomadaire à l’école) et 9 semaines de stage. Sur les 23 heures de cours : 4 heures de dessin (nu) ; 4 heures de perspective / volume / croquis en extérieur ; 15 heures d’atelier distillées par 3 professionnels issus de l’illustration qui officient dans divers domaines (édition, presse, bande dessinée, arts graphiques et plastiques).

Au cours de l’année, sont prévus : les participations aux concours de Bologne et d’Angoulême (élèves régulièrement primés), la visite du salon du livre jeunesse à Montreuil, un voyage à Angoulême pour le festival de la BD, des rencontres avec des professionnels du monde de l’illustration…
En fin d’année, chaque élève devra présenter son travail devant un jury composé de professeurs et de professionnels invités.

Cette FCIL est ouverte aux élèves créatifs, motivés et ayant de sérieuses aptitudes en dessin, titulaires au minimum d’un C.A.P. d’art graphique mais accessible à tous les niveaux : depuis la création de la section, ont été sélectionnés des élèves issus de bac pro, d’universités artistiques, de BTS d’arts graphiques, d’écoles préparatoires...
Le recrutement se fait en deux phases : une pré-admissibilité sur dossier scolaire, lettre de motivation et mini-book, suivi d’une convocation pour une présentation de travaux, fin Juin. Se renseigner à l’école pour les inscriptions.

Professeur principal / Illustration : Emmanuel Kerner
Professeur de perspective / croquis : Martine Brugère
Professeur de nu : Dominique Cornier
Illustration (jeunesse) : Laurent Corvaisier
Illustration (bande dessinée) : Guillaume Dumont

Pour plus d'informations :
http://fcil-illustration-corvisart.blogspot.com/


Merci à Hicham Amrani pour ces informations !

1 juin 2010

Qu'est-ce que le Bac STI Arts Appliqués?

Témoignage de Lisa, ancienne lycéenne en Bac Arts Appliqués.

"Le bac STI Arts Appliqués est un bac technologique signifiant "Sciences et Technologies Industrielles". Pendant les trois années de lycée, vous allez peu à peu toucher aux différents domaines des arts appliqués : design produit, design espace, communication visuelle.
À savoir qu'avec la réforme du lycée ça se renomme STD2A : Sciences et Technologies du design et des arts appliqués


Différentes écoles proposent cette formation, mais elles ne sont pas si nombreuses.
Les grandes écoles parisiennes qui préparent ce diplôme ne prennent que les meilleurs élèves, mais ce ne sont pas les seuls établissements de qualité.

Le site à voir pour connaître les établissements, les diplômes etc... : lycée pasteur.


Pour entrer dans cette section, cela va dépendre de l'établissement. Le dossier scolaire est examiné et il peut y avoir un petit entretien, voire même un petit test. On entend souvent dire qu'il faut être excellent dans toutes les matières, c'est l'idée que j'avais, et je me suis rendue compte que non. Si lors de l'entretien vous montrez votre motivation, même si les notes ne suivent pas ça peut marcher.
Au niveau des qualités je dirais créatif, prêt à s'investir, dynamique. En terminale, vous devrez être capable de réagir instantanément et intelligement lorsqu'un prof vous titille sur l'un de vos projets.


Au niveau de l'emploi du temps.

Seconde : 8h d'art par semaine, deux matières Création design et Culture Design. C'est une année d'expérimentation.

Première : 18h d'art par semaine, matières différentes : Etude de Cas/Recherche Appliquée, Représentation Conventionelle de l'Image, Expression Plastique fondamentale, Arts Techniques et Civilisations (histoire de l'art)

Terminale : 24h d'art par semaine : Etude de Cas, Recherche Appliquée, Arts Techniques et civilisations, Expression plastique fondamentale

Il est difficile d'avoir une activité extra-scolaire, mais on est quelques-uns à y arriver, bien qu'arrivés à deux mois du bac moi j'ai arrêté, trop de stress/devoirs/entretiens.

Après ce bac, de multiples secteurs s'ouvrent à nous : métiers d'art, communication visuelle, design d'espace, design de produit, stylisme, design textile, architecture ...

Au niveau des diplômes, on parle principalement de DMA (diplôme des métiers d'art, 3ans), BTS (brevet de technicien supérieur, 2 ans), DSAA (diplôme supérieur des arts appliqués, 2 ans après BTS).
On entre dans les écoles supérieures via le dossier scolaire (notes et commentaires des profs), ainsi qu'une lettre de motivation, voire entretien/concours. Inutile de dire qu'être dans les meilleurs est un atout, puisque les premiers tris se font par informatique (souvent par le biais des notes)

Par rapport aux études supérieures c'est là que ça devient compliqué ... Nous ne sommes pas prioritaires face au MANAA (mise à niveau en arts appliqués, donc un an après bac), même si nous avons fait trois ans d'art ... Certaines écoles estiment que les MANAA sont plus motivés, plus mûrs, c'est malheureusement à l'élève de travailler avec acharnement pour montrer sa motivation.

Je ne pense pas qu'il y ait de meilleur parcours, MANAA ou bac Arts Appliqués. Si l'on s'est décidé pour ce secteur très tôt, je ne vois pas pourquoi faire un bac général. J'ai vu des travaux de manaa, je trouve que la démarche est totalement différente, forcément en un an on n'aborde pas les choses de la même manière qu'en trois ans. C'est à l'élève de trouver ce qui lui correspond le mieux.


Je pense avoir tout dit, juste une remarque sur le bac en lui même.
Français écrit et oral se passent en première, ainsi qu'un oral d'histoire/géo.
En terminale, on passe anglais écrit, maths écrit, physique écrit,philo écrit, sport, étude de cas (4h), recherche appliquée (8h), arts techniques et civilisations (4h), et un oral sur nos travaux de l'année (une note coeff 4 pour les travaux en eux mêmes, et une note coeff 4 pour l'oral sur trois/quatre travaux sélectionnés par le jury, pour un total d'un joli coeff 8 !)"


Merci beaucoup à Lisa pour ce témoignage passionnant et bonne chance pour le bac !



20 mars 2010

Portes Ouvertes à Corvisart

Ce matin, je reçois un message de "Chatmou"

"Ce sont les portes ouvertes du lycées Corvisart le 26 et 27 mars 2010, notamment la section FCIL ILLUSTRATION dont je fait parti. Pour plus d'information vous pouvez accéder à mon blog où se trouvent les informations complètes via l'affiche.
www.troudeboulette.blogspot.com "

9 mars 2010

Témoignage de Émilie, maintenant en DSAA Créateur-concepteur option Design produit à l'ENSAAMA

Dans quelle école étudies-tu? Quelle section?

Je suis étudiante en 2ème année du DSAA Créateur concepteur option Design produit de l'ENSAAMA Olivier de Serres. C'est ma 5ème année à Olivier de Serres. J'y ai fais la Mise à Niveau et le BTS Design Produit, donc je connais plutôt bien l'école!

A quelles poursuites d'études cela t'engage t il?
// À quelle insertion professionnelle ?

Le DSAA est théoriquement le niveau d'étude le plus haut en arts-appliqués, mais il est encore possible de continuer en entrant dans les écoles du ministère de la culture (ENSAD, ENSCI...) ou bien en faisant un master spécialisé. Il existe en effet certaines écoles et universités qui proposent des masters en un an. Par exemple l'ENSAM, école des Arts et Métiers (école d'ingénieur) propose un master commun ingénieur-ergonome-designer ; sur le campus de Marne-la-Vallée on peut faire un master marketing du luxe. Ce sont des études différentes du design mais qui peuvent devenir complémentaires dans un parcours professionnel. Mais la recherche d'embauche reste la première solution après ce diplôme.


Que fais tu? (matières étudiées, ateliers...)

Le DSAA est divisé en 4 semestres sur les deux années.
En première année il y a encore un certain nombre de cours : bureaux de création, expression plastique, art technique et civilisation, informatique, anglais, philosophie, gestion, marketing, et droit.
En deuxième année pour le 1er semestre (semestre 3) on n'a plus les trois dernières. Et finalement pour le dernier semestre nous n'avons plus que le suivi de projet personnel avec nos tuteurs et les professeurs de la section.
Ce projet est un élément majeur du DSAA, en première année on décide de notre sujet. En fin d'année (vers juin) on passe un agrément de thème devant le jury du diplôme pour valider notre thème d'étude. Puis en seconde année on travaille uniquement sur ce projet (pour le bureau de créa). On réalise un mémoire, puis un projet qui abouti à une présentation visuelle et orale devant le jury et les enseignants en fin de deuxième année.


Aurais-tu des travaux à nous montrer?
Pas actuellement.

Note : les projets de DSAA sont exposés à la fin de l'année scolaire à l'école Olivier de Serres, dans le 15 ème. Pour connaître la date, il suffit de s'en informer sur leur site internet : www.ensaama.net

8 mars 2010

Témoignage de Riric, étudiant en section GAME à LISAA à Paris

- Dans quelle école étudies tu?

Je suis en troisième et dernière année dans la section Jeux-Vidéo à LISAA (L'Insitut supérieur des Arts Appliqués). Il existe trois établissements sur Paris ayant chacun leurs spécialités. Je ne parlerai ici que de l'école située au Square Henri Delormel où l'on enseigne l'animation 3D, animation 2D et le jeu-vidéo.

La première année (classe préparatoire) est une remise à niveau dans différents domaines : nature morte, storyboard, dessin de nu, croquis extérieurs, animation, infographie... La masse de travail y est très importante, surtout lorsque, comme moi, vous ne faisiez pas de dessins avant de rentrer dans l'école. On acquiert rapidement de bonnes bases, libre à chacun ensuite d'ajouter les pierres à l'édifice. Les professeurs sont à l'écoute et n'hésitent pas à passer du temps avec ceux qui débutent dans le domaine. Il n'y a aucune forme d'élitisme mais peut-être ai-je eu beaucoup de chance. À la fin de cette première année, chaque élève doit réaliser un projet personnel liée à la section dans laquelle il souhaite s'engager. C'est à la fois un moyen pour se prouver à soi-même que c'est réellement ce qu'on veut faire, mais le but premier est de montrer au jury que ça vaut le coup de nous garder.

Il s'agit avant tout d'un parcours personnel. Libre à chacun de travailler ou ne rien faire. Il ne faut juste pas oublier que, même le diplôme en poche, le travail ne viendra pas tout seul. Fin de l'aparté.


- Qu'y fais-tu ?

Suite à cette première année très formatrice (si on s'en donne les moyens), j'ai intégré la section GAME qui se déroule en deux années. Deux années c'est court mais c'est très chargé. Je vais essayer d'être concis... On suit les mêmes cours dans ces deux années.

Le game design (élaboration papier d'un jeu vidéo : son histoire, ses mécaniques, son gameplay, sa cohérence globale) , l'animation 3D temps-réel, le son, l'environnement graphique, le prototypage et la morphologie.

En deuxième année, on nous demande de réaliser 3 projets différents en groupe (le travail à plusieurs, on le dira jamais assez, est primordial !). L'un consistait en l'élaboration d'un mémoire sur une catégorie de jeux-vidéos; le deuxième projet avait pour finalité la réalisation d'une arène de jeu de combat en 3D avec deux personnages, projet destiné à tester notre habilité en dessin et dans les logiciels; et enfin un dernier projet (le plus important) où l'on doit créer un début de jeu dans une équipe de 5 personnes.

À la fin de cette seconde année, et grâce à ce dernier projet, chaque élève se dirige tout naturellement vers la voie où il s'épanouit le plus : le graphisme, l'animation, le level/game design, la modélisation, la programmation... Des groupes homogènes se forment alors.

La troisième année peut commencer. Une dernière année entièrement destinée à la réalisation d'une démo de jeu jouable. À la fin du cursus, chaque groupe présente son projet à un parterre de professionnels.

Durant ce projet, nous baignons dans un milieu semi-professionnel. En effet, bien que nous n'ayons pas les contraintes commerciales des boîtes de développement (c'est donc l'année où on se fait avant tout plaisir), nous devons mettre en place un planning et respecter les timeline tout en répondant aux contraintes techniques. Tout cela dans le but de présenter un projet fini, cohérent et non budgété.

Au niveau des logiciels, nous utilisons essentiellement 3DSmax® pour la modélisation et l'animation (bien que des cours sur maya® soient dispensés); photoshop® et illustrator® pour le dessin; virtools® pour la programmation; première® pour le montage vidéo; Sound Forge/Acid®. S'ajoute à cela des cours "bonus", qui sont utiles mais pas indispensables pour notre diplôme (mais toujours bons sur le CV) : Maxscript®, Dreamweaver/Html® et, depuis cette année, Unreal Engine®.


-Que penses-tu de ton école?

Comme dit plus haut, LISAA est une école privée. L'école est donc chère. Il ne faut pas se lancer (comme beaucoup) à l'aveuglette. En troisième année, bien que nous ayons encore quelques cours (surtout dans la maîtrise des logiciels), on travaille avant tout pour nous-mêmes, pour notre projet de groupe.

Cela dit, l'important est là : les professeurs. Tous sont des professionnels et pédagogues (à différents niveaux, certes). Ils nous aiguillent sur nos choix, nous conseillent sur la recherche du stage de fin d'étude (obligatoire pour obtenir le diplôme) et la méthode à adopter. Tant que vous allez les voir, ils passeront du temps pour régler vous soucis, même pendant les vacances (par mail ou en allant à l'école). J'ajouterai enfin que les locaux sont très beaux (tout neufs) avec du matériel de qualité.

En Game, l'ambiance générale est bonne. On tutoie les professeurs et le climat n'est pas trop "geek" (heureusement...). Les querelles entre membres de groupe existent, mais comme dans la vie, difficilement prévisibles. C'est un milieu avant-tout masculin, même si cette année une quinzaine de filles sont entrées en deuxième année (du jamais vu! Merci la Wii ?)

Si on compare aux écoles d'art publiques, LISAA est une école jeune. Elle gagne en renommée chaque année, cela grâce aux concours étudiants où les projets de l'école arrivent souvent bien placés. Enfin, dans le jeu vidéo, il n'y a pas beaucoup de choix. Seule l'Enjmin est publique (mais il faut au moins un BAC+3 pour l'intégrer).

Concernant l'animation 3D et 2D, il s'agit d'un bon tremplin vers les Gobelins (qui reste l'école reine dans ces deux domaines).


-Quel est le bon profil ?

Bien évidemment, être ouvert, passionné,... Il faut également regarder le jeu vidéo avec un œil nouveau (pas seulement celui du joueur qui prend du plaisir). Étudier les mécaniques, comprendre les comportements de l' « intelligence artificiel » et plus généralement des scripts. À vrai dire, on ne se force pas, petit à petit on se focalise naturellement sur les petits détails qui font le tout.

Il faut également oser sortir des carcans établis par la consommation de masse et offrir de nouvelles émotions. Certes un jeu de guerre se vendra plus qu'un jeu poétique, mais Marc Levy n'a pas fait plus avancer la littérature que John Kennedy Tool.

Quant à la conception même d'un jeu, il y a un rapport très étroit entre le développeur et le consommateur. À aucun moment il ne faut omettre le fait qu'un joueur contrôlera notre « oeuvre ». Le recul et la remise en question sont donc perpétuels.


- Aurais-tu des travaux à nous montrer?

Nous sommes en pleine prod', il va falloir être patient. Nous comptons d'ailleurs présenter notre projet, comme il se doit, à la plupart des concours, même étrangers.

Je vous invite à aller sur le site de LISAA pour voir quelques vidéos des anciens projets : http://www.lisaa.com/paris/ecole-animation.phpAfficher le blog


- Comment se passe l'insertion professionnelle ?

Bien que la crise soit présente (comme partout) les débouchés dans le jeu vidéo sont nombreux. Ubisoft est notre principale recruteur mais il existe bien d'autres boîtes françaises.

Le secret est bien sûr de se créer un bon book et de peaufiner au maximum le projet de fin d'étude. Et quand on est passionné, la tâche, bien que chronophage, n'est pas rude ;)


LISAA étant une école privée, comptez 6500 euros en moyenne pour chacune des trois années.

Vous pouvez visiter leur site internet : http://www.lisaa.com/

Le site internet de Eric Meyer : http://eric-meyer.jimdo.com/

19 janvier 2010

Portes Ouvertes écoles d'arts appliqués Paris 2010

Les vendredi 29 et samedi 30 janvier prochains.

Le site de l'école Estienne ici.

22 février 2009

Témoignage de Yannis, étudiant aux Gobelins en multimédia

Pour information je me présente, je suis Yannis, actuellement en alternance à Gobelins Paris ainsi que graphiste à l'agence digitale, Duke.

Je suis en CRMA (concepteur réalisateur multimédia en alternance), en première année.


Que fais tu dans ta section, concrètement?

Ma formation consiste à réfechir sur l'ergonomie, la conception et la réalisation d'un projet multimédia, à benchmarker c'est-à-dire établir des comparaisons entre les sites pour effectuer par la suite un site qui sera meilleur que les précédents en prenant les avantages de certains et supprimer les inconvénients afin de ne pas commettre les mêmes erreurs que nos prédécesseurs, nous voyons ainsi les différents travaux effectuer du début jusqu'à la fin d'un projet multimédia professionnel.

La différence avec des études tel que le DSAA... c'est que nous sommes dans des travaux à but déjà professionnels et pas dans des projets fictifs.

L'alternance fait que nous sommes à la fois en agence et à l'école, optimisant ainsi nos compétences constamment.
Pour info, la formation est gratuite contrairement au autres formations Gobelins et nous sommes payer pour aller en cours et à l'agence.


A quelles poursuites d'études cela t'engage t il? / A quelle insertion professionnelle ?

Cela peut engager à différentes études de niveau supérieur, même si selon moi un bac +4 est largement suffisant, et que le reste de mon apprentissage s'effectuera pendant toute la durée de ma vie professionnelle, le web est en constant mouvement, l'apprentissage suit cette mouvance. On apprend largement plus dans une agence qu'à l'école.

Cette formation nous oriente dans différentes voies, on peut devenir DA, graphiste, chef de projet...


Que penses tu de ton école?

Mon école a une bonne ambiance, certes largement moins festive que mon ancienne école Olivier de Serres où je faisais la fête au moins une fois par semaine, il y a pas tant de travail que cela pour l'école, mais le fait d'être en alternance et de ne pas avoir de vacances quasiment ( 5 semaines par an car nous sommes considérés comme des salariés et non plus comme des étudiants) nous fatigue pas mal et le fait de changer constamment d'environnement toutes les semaines est déstabilisant au début.

Il faut être ordonné, clair dans son emploi du temps afin de pas perdre de temps. Par rapport aux autres écoles, je dirais que Gobelins est une école qui est essentiellement technique, l'aspect créatif étant mis au second plan, on travaille sur la conception d'idées répondant à des problématiques expliqués au préalable, il n'y a pas de a peu près, il faut être clair et net dans ces idées, chaque mots utilisés étant important. La créativité du projet est établit en dernier lorsqu'on est certain que notre projet tient la route. On répond ainsi d'abord à un brief que nous établissons, une fois la cible établis, nous effectuons un personas de la cible, cad une fiche type de notre cible, ce qu'elle aime, ce qu'elle a, qui elle est... ensuite nous effectuons des scénarios utilisateurs afin d'établir les différentes fonctions ou rubriques de notre projets, pour ensuite effectuer ensuite un benchmark pour voir si un projet similaire au autres a deja était fait pour comparer et améliorer notre projet, ensuite on passe au planche de tendance et de style pour continuer sur un croquis de différentes interfaces c'est ce qu'on appelle, l'étape du zoning pour ensuite effectuer les vrais premières créas.


Quelles qualités sont elles attendues chez un futur élève de ta section?

Les qualités attendues d'un futur élève gobelins sont pour moi avant tout une personne qui fait constamment de la veille, et très curieux de tout ce qui concerne l'art et plus particulièrement le design interactif. C'est un élève qui a 5 idées à la minute et qui arrive à faire le tri de ses idées sans partir dans une fausse-bonne idée, c'est un élève qui aime l'innovation et qui va plus loin que les autres dans son idée.
Ce n'est pas forcement par contre un élève issu d'un BTS option multimédia, nous avons cette année une demoiselle de print par exemple. Après il est vrai qu'il faut mieux connaitre les différents logiciels de la suite Adobe sinon on risque d'être larguer.
Pour information nous avons des professeurs mais la plupart du temps nous avons à faire à des intervenants que l'on voit pendant des courtes durées, ainsi nous avons eu comme intervenants le créateur de la série "Les lascars", el diablo, qui nous a montrer l'animation sous flash, Etienne Mineur, une personne influente sur le net, et collègue plus ou moins de John Maeda...

(retrouvez plus d'infos sur John Maeda ici)
Site d'Etienne Mineur ici

18 janvier 2009

Portes Ouvertes des écoles publiques d'arts appliqués de Paris les 30 et 31 janvier 2009

Attention ! Pour Boulle, les portes ouvertes auront lieu sous forme d'expo à l'espace Reuilly dans le 12ème, pour cause de travaux...

(merci à C.)

Plus d'informations sur les différents sites des écoles d'AA :
Boulle --> http://www.ecole-boulle.org/
Olivier de Serres -- > http://www.ensaama.net/HTTP/OdS_HTML/Index.html
Estienne --> http://mrs8.hosteur.com/~ecole/estienne.html
Duperré --> http://www.duperre.org/

30 novembre 2008

Le blog des Arts Appliqués migre !

Il reste quelques petits détails à régler mais on poursuit l'aventure désormais par ici.

Avec toujours un but en tête : informer les plus jeunes en galère d'orientation sur la fillière des arts appliqués et les aider à s'y retrouver. Le Zarza forum est là pour toutes vos questions !!

A très vite !

23 novembre 2008

Témoignage de Flore, étudiante Erasmus graphisme en République Tchèque

Et bien oui ! Faire Erasmus dans le domaine des Arts Appliqués, c'est possible ! Bien que les écoles soient encore moins bien organisées que les Fac, on y arrive ! La preuve avec Flore, récemment diplômée d'Olivier de Serres en communication visuelle et qui est partie en République Tchèque pour un an.

Merci à elle d'avoir répondu à quelques questions :

- Comment as tu eu l'occasion de partir là où t'es?

Benh en fait j'ai entendu parler de projets ERASMUS et je me suis tout de suite dit WAAAH Je VEUX partir loin découvrir plein de trucs et faire le vide de tout ce que je connais ici (et le vide du BTS que j'allais passer !). Les démarches sont assez lourdes, et il faut toujours courir après les responsables ERASMUS si on ne veut pas louper les dates d'inscription, de rendus de lettre de motivation, etc etc...
Et ensuite, y'a encore une sélection, tout le monde ne peut pas partir. Cette année on était 15.
J'ai choisi la République Tchèque parmi tous les pays proposés parce-que je ne voulais pas partir dans les destinations communes "Angleterre" "Espagne" ou partir pour faire juste la fête. De plus je voulais être plus dépaysée et découvrir les pays de l'Est, notre nouvelle Europe. Et pour finir, la République Tchèque est très intéressante pour son graphisme.

- Dans quelle école étudies tu?

J'étudie à l'Academy of Architecture, Arts and Design in Prague (AAAD), plus communément appelée Umprum ici (l'équivalent des Arts Déco en République Tchèque).

- Qu'y fais tu? (matières étudiées, ateliers...)

Je suis en Graphic design & Visual Communication. En gros on doit voir les profs deux fois par semaine, et sinon on a pas mal d'ateliers facultatifs (bookbinding, modelage, croquis de nu, cours de Tchèque) et on a accès libre aux ateliers de lithographie, sérigraphie (et un tas d'autres mais que je ne pourrais utiliser).

- Aurais tu des travaux à nous montrer?

Je n'ai rien de terminé encore mais dès que je finis un projet oui !

- Que trouves tu de différent par rapport à la France? Qu'est ce que ça t'apporte?

Je trouve que les profs sont plus proches de leurs élèves ici, beaucoup plus disponibles, et le fait de pouvoir utiliser des ateliers librement pour concrétiser les projets par la réalisation, c'est très stimulant ! On est aussi beaucoup livrés à nous même quand même. Si on ne vient pas en cours ou qu'on prend du retard, c'est tant pis pour nous.

- Quelque chose à rajouter?

La République Tchèque, ce n'est pas si dépaysant que ça (une fois qu'on a -un peu- vaincu la barrière de la langue !). On y trouve finalement du pain pas si mauvais que ça et des bons gulas (goulash) bien gras... C'est très sympa, allure de capitale mais plutôt petit et resserré, si bien que ça fait assez familial (et class).
Et mon blog raconte un peu toutes nos aventures (à une amie histoirienne partie en même temps que moi en ERASMUS) en BD et histoires humoristiques. Si vous aimez, n'hésitez pas à nous le faire savoir ;)


Retrouvez Flore et Emilie sur leur blog : http://prague.sitelle.over-blog.com/

22 novembre 2008

Je veux vivre du dessin / Métiers du dessin

Quelles sont les formations qui permettent, aujourd'hui, de vivre du dessin?
La liste demande à être mise à jour. Elle n'est pas exhaustive si vous avez d'autres formations à faire connaître (à l'étranger par exemple), dîtes le !

- dessin animé : gobelins (Paris), EMCA (Angoulême), Emile Cohl (Lyon)


- bande dessinée/illustration : ESI (Angoulême), Emile Cohl (Lyon), Esad (Strasbourg), La Cambre et Saint Luc (Belgique), Ensad (Paris), DMA Estienne (Paris)


- illustration spécialisée : DSAA Estienne (paris), Esad (Strasbourg)

- design : tous les métiers du design demandent de bonnes bases en dessin mais aujourd'hui le travail se fait plutôt à l'ordinateur, et souvent en 3D.


Pour en savoir plus et apprendre par vous même, je vous renvoie à un article très bien fait sur quelques bouquins indispensables : par ici.

19 novembre 2008

Rappel - Portes Ouvertes des Ecoles d'Arts Appliqués de Paris

Les portes ouvertes 2009 auront lieu les 30 et 31 janvier 2009.


A vos agendas !

17 octobre 2008

Témoignage de Chloé, étudiante en DMA illustration à l'école Estienne

1. Que fais tu dans ta section, concrètement?


"...de l'illustration ! hum, bon, plus sérieusement, c'est vraiment 90% de dessin pur et dur dans le DMA illustration, le reste c'est un peu d'informatique, de la mise en page et un tout petit peu de typographie. On a toujours des matières générales bien sûr : français, anglais, économie-gestion, histoire de l'art, et en première année il y a histoire des écritures et sémiologie (pour apprendre à analyser une image, comprendre les symboles, les signes...)

Il y a deux ateliers d'illustration avec des visées différentes :
- illustration (tout court), qui est plus généraliste et qui aborde tous les aspects de l'illustration (illustration de presse, illustration jeunesse, bd, publicité...)
- illustration DIDACTIQUE, qui comporte un aspect plus scientifique, ou du moins explicatif (notice d'utilisation, schémas, dessins d'observation scientifique, faire comprendre comment fonctionne le corps a un enfant, ce genre de choses). On a aussi de l'expression plastique, plus libre, dans lequel on fait notamment des cours de nu...
Il existe aussi un après-midi aménagé pour le Laboratoire d'expérimentation Graphique, dit le LEG, qui regroupe les 4 classes de DMA pour s'essayer a la lithographie, la sérigraphie, la gravure et la typographie traditionnelle au plomb :) "


2. A quelles poursuites d'études cela t'engage t il? / A quelle insertion professionnelle ?

"C'est une formation niveau bac+2, alors on peut s'arrêter pour travailler, comme après un BTS, mais c'est conseillé de continuer ses études... on peut viser les grandes écoles (Arts Décoratifs, Gobelins, Beaux-Arts...) soit en restant dans l'illustration, soit en choisissant une voie un peu différente, comme le graphisme, la typographie, l'animation...
La "suite directe" du DMA, c'est le DSAA. Or il n'existe pas de DSAA illustration [nb:il existe le DSAA illustration scientifique et médicale, voir ici], je vous conseille la polyvalence, ne restez pas cloitrés à l'illustration !
Côté job, on peut se poser comme illustrateur indépendant, ou au sein d'un collectif quelconque, et démarcher les entreprises avec son book sous le bras (magazines, publicité, éditeurs...). Sinon on peut aussi parfois se faire embaucher comme graphiste/illustrateur dans une boite de pub."


3. Aurais tu quelques visuels (photos, croquis) de tes réalisations dans ton domaine ?

"Vous pouvez aller voir mon blog : http://narukochan.blogspot.com !"


4. Que penses tu de ton école?

"Pour les voyages scolaires c'est toujours fait "à l'arrache", quand il y a des trucs à faire ou des événements à préparer, on est toujours les derniers au courant... de plus, sans vouloir cracher dans la soupe, je pense que l'école se repose sur sa réputation, et du coup fait peu d'effort... certaines classes ont du matos pourri, les profs de matières générales sont souvent peu intéressants, enfin c'est pas toujours la fête. Mais heureusement les profs d'atelier sont là pour relever le niveau ! A part ça, c'est une très bonne ambiance, la cantine est conviviale (grâce au Chef qu'on kiffe tous ! :D), les profs sympathiques et les sujets intéressants !"


5. Quelles qualités sont elles attendues chez un futur élève de ta section?

"Le plus important, c'est d'avoir une vraie personnalité graphique, avoir une origina
lité, tout en ne restant pas figé dans son style... faut être travailleur aussi, et puis se tenir au courant de tout ce qui se fait en ce moment en matière d'illustration, de BD, d'art contemporain, etc.... être ouvert d'esprit.
En espérant que ça vous ait aidé, bonne chance à tous !"


Retrouvez Chloé sur son blog : http://narukochan.blogspot.com